jeudi 5 janvier 2017

Sémantique de l’athéisme


Le récit d’un Univers créatif nous apprend que nous sommes tous des poussières d’étoiles. Nous sommes des êtres interdépendants dont le bonheur dépend de celui des autres. Sachons ne pas l’oublier. Henri GÉNARD
 
Contentes-toi du monde donné - Nietzche
La mort est absence de sensation [ Épicure ] - la meilleure façon pour le philosophe de rappeler qu’il ne peut-y avoir d’arrière-mondes* ( *: paradis - enfer ou ciel peuplé de...) - compte tenu d’une absence de sensation parfaitement vérifiable, par déduction, désormais, nous savons qu’il n’y a rien à craindre de la mort
Cependant il convient de se méfier des affidés des mortifères monothéismes, sortes de religions fondées sur la pulsion de mort, attendu qu’ils ne se contentent pas, bien que ce soit particulièrement dérisoire, de croire pour exister, il convient [ en-effet ] d’observer qu’ils se livrent, dans le plus parfait mépris de la liberté de conscience, à la persécution des non-croyants, essentiellement dans les pays dominés par les musulmans, et autant précisément savoir, pourquoi ? ;
parce que les athées se réfèrent à la pulsion de vie, quand pour le monde totalitaire musulman endoctriné dans une religion de l’irresponsabilité, il est impensable qu’une personne puisse naturellement ( car on ne naît pas monothéite ) faire le choix de penser pour être
I
Reflet de la pulsion de mort, le monothéisme est la racine du sectarisme son-invention dans les temps anciens avait signé l’acte de naissance du sectarisme -
I
Jouir sans se nuire ni nuire à autrui - Épicure
L’athéisme ne propose aucun dogme, il est universel car nul ne naît monothéiste ;
par le biais d’un mode de questionnement qui le caractérise il génère la recherche saine, généreuse de l’éthique - pour le non-croyant le plaisir est la racine de la morale aux-antipodes d’un rattachement à l’état infantile de dépendance absolue que confère la maladie d’illusions pour constituer le socle des erreurs communes entretenues de façon durable par l’angoisse ressentie par des hommes et des femmes devant la puissance prépondérante de la mort
Aucune représentation suscitée par les monothéismes ne parviendra jamais
à cloner tous les-esprits dans la religion, et c’est-un effet croissant que traduit, dans la plupart des sociétés, la montée irréversible de l’incroyance
I
Le désir fait l’illusion ou prendre son désir pour la réalité
La révélation, l’intuition, la divination s’ils sont depuis toujours à ranger dans la catégorie des illusions et parmi les réalisations imaginaires d’un désir, fort-heureusement il s’avère, d’une décennie à l’autre, que la connaissance grâce à la science progresse, et, de plus en plus rapidement
I
La question d’actualité,
sans-ambiguïté la religion apparaît comme étant la plus dangereuse pour la quête de vérité, et, ce qui ne manque pas de surprendre ou d’interpeller l’observateur passe en réalité par le constat d’un-incroyable décalage avec la vérité ( y compris la vérité scientifique ) lorsque l’École lieu d’apprentissage des savoirs omet dans la transmission de la connaissance du vivant d’apprendre ou de rappeler aux élèves que la mort est absence de sensation Pourquoi en-est-il ainsi ?
Cette censure n’est pas seulement une atteinte à l’entendement humain* ( * : psychisme ), mais-aussi à la liberté de conscience des élèves, elle est également révélatrice de la lâcheté de l’Éducation Nationale et de sa ministre Najat Vallaud-Belkacem de ne pas prévoir dans ses programmes scolaires l’enseignement du fait athée car si elle le faisait cela ne manquerait pas de constituer, en quelque sorte, l’aveu que seule la science peut prétendre à la dignité de véritable connaissance
 
Suites : La mort n'est rien pour nous - Épicure
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/01/la-mort-nest-rien-pour-nous-epicure.html
I
Suites 2 : Conseil d'État : nébuleuse de la République ?
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/11/conseil-detat-nebuleuse-de-la-republique.html
CRAB

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.