lundi 18 décembre 2017

Metalepse

La perversion de la cité commence toujours par la fraude des mots !

Racisme anti-blancLe mot souchien se lit en deux mots ( sans nécessairement passer par l’écriture inclusive )
Passez-moi le mot et je vous passerai la chose car, en effet, le mot et la chose, c’est dans cette affaire mettre le mot avant la chose – et, si peu que vaille le mot, enfin c’est toujours quelque chose d’observer qu’inspirée par la malhonnêteté intellectuelle, le déni des réalités de notre société que dégage et sur le mot et la chose Edwy Plenel ( dit le ouistiti-moustachu ) ou Claude Askolovitch, au point de feindre d’ignorer qu’en France les juifs, les laïcs et les athées féministes ( surtout s’ils sont blancs de peau ) sont les premiers visés par la propagande raciste ( au nom de « l’antiracisme » ) et par le biais de la haine des « souchiens » entretenue, à la petite semaine, par les islamo-gauchistes ou mieux encore par les indigènes de la république dont le petit mot de Houria Bouteldja est, si peu que vaille le mot disais-je, pour le temps présent, dans sa bouche venu avec la chosebéance oblige -
Néanmoins, à ce moment précis, madame Houria Bouteldja je vous dis que le mot vaut bien plus pour moi que la chose – vous devez me croire, à ce mot bien que peu connaisseur en la chose !
Et bien voici, mon dernier mot et sur le mot et la chose : Madame vous qui incarnez le PIR-e- ( en un seul mot ), passez-moi le mot et je vous passerai la chose

Salut à la France, salut à la gloire
C’est la moindre des choses, faisons plaisir et prenons au mot cette grande dame qui estime ou prône que ce sont les souchiens qui doivent-être éduqués de façon à laisser l’étranger venu d’autres mondes de rester tel qu’il est – dans cette perspective nous devons de toutes urgences :
Exciser nos fillettes, et autant que possible devant les caméras de la télévision – pédagogie oblige -
Ne plus apprendre l’autonomie à nos filles ni à penser selon leurs goûts, sans omettre de les marier de force très jeunes en profitant des périodes de vacances scolaires
Voiler les femmes, contrôler la virginité de la jeune fille, lui faire porter non seulement sa virginité mais aussi celle des autres femmes de sa famille et la virilité des hommes, sans ne jamais perdre de vue que la virginité appartient au groupe familial, elle est l’affaire de toute la famille – ainsi, l’honneur familial est lié au comportement féminin...
Assassiner ( crimes d’honneurs ) ou pratiquer le viol collectif pour punir la femme infidèle ou ayant eu un rapport sexuel en dehors du mariage ( par défaut une balle de revolver dans la nuque - mais inconvénient ça coûte plus cher )
Envisager la lapidation des femmes qui trahissent les valeurs de l’islam sans attendre le moratoire promis ( de longue date ) par Tarik Ramadan
Sans coup férir, si elle lève, ne serait-ce que le petit doigt, en faisant référence à l’interprétation par Tarik Ramadan du coran battre sa femme modérément, le faire aussi bien que lui, désormais, doit-être la règle
Renoncer à l’égalité femmes-hommes et faire de la femme la complémentaire de l’homme est une chose, mais en faire sa bonniche, ne pas hésiter, je me suis laissé dire que c’est nettement plus rentable
Pour leur éviter de devenir des souchiennes, obliger les femmes à « Vivre » continuellement sous le regard du clan sans plus jamais les autoriser à faire ce quelles veulent quand elles veulent
Veiller scrupuleusement à accabler la femme d’interdits quitte à ce que leur frère même cadet soit, si besoin est, le substitut de leur père ou de leur oncle afin de mêler indissoluble corps féminin et honneur familial, ce qui est la moindre des choses dans un monde musulmanisé
Appeler tous les garçons Mohamed et toutes les filles Aïcha ( cette dernière l’exemple à suivre, à six ans, mariée de force à Mahomet )
Obliger tous les blancs à violer les femmes et plus si affinités pour qu’ils se conforment selon Houria Bouteldja au normes testostoronisées des dominés noirs ou dominés musulmans qui par le biais du viol d’une femme échappent aux normes des « dominants » blancs
Interdire la critique des religions pour exclure la quête de nouveau nécessaire à la recherche permanente de l’éthique qui caractérise l’urbanité
Abroger la laïcité, convertir à coups de bâtons les « dominants » blancs réfractaires dans l’objectif de faire de l’islam la religion de l’État
Persécuter, emprisonner ou assassiner les athées, les femmes insoumises et les homosexuels sans omettre de relancer l’esclavage ou de généraliser le presque esclavage
Se complaire dans la liberté de penser ( donc totalitaire ) pour se priver définitivement de la liberté de la pensée – etc. ect.
Désormais, sans nécessairement passer par l’écriture inclusive, le mot et la chose sont entendus : " éducation des souchiens " - CRAB

Suite : Esclavage et traite des esclaves ( s’adresse à tous ceux qui oublient volontiers de remettre les pendules à l’heure de l’histoire de l’esclavage )
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2011/07/malek-chebel-et-onfray.html

Suite 2 : La politique de l'excuse
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/01/la-politique-de-lexcuse.html

Suite 3 : L’irresponsabilité sanctuarisée
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/lirresponsabilite-sanctuarisee.html

Suite 4 : La catharsis
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/12/la-catharsis.html

Suite 5 : Lectures comparées
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/05/lectures-comparees_10.html

Suite 6 : Pour les ouistiti-moustachus
http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/11/pour-les-ouistiti-moustachus.html

2 commentaires:

  1. Les personnes laïques sont presque systématiquement accusées de « racisme » ou de « faire le jeu de l’extrême droite ». La laïcité serait-elle un tabou ?
    Citation : " En tant que féministe, je considère que la laïcité est un principe émancipateur essentiel même si certains à l’extrême droite s’en emparent par xénophobie (et le déforment), et d’autres le rejettent (au nom de l’antiracisme) car ils font de leur religion un porte-drapeau identitaire. La notion d’ « islamophobie » est un piège, je n’accepte pas l’assimilation qui est faite entre le racisme et la critique de l’Islam. J’ai le droit et même le devoir de critiquer toutes les religions dès lors qu’elles sont hostiles à la libération des femmes. Les religions monothéistes se référent en effet à des textes sacrés considérés comme l’expression directe des paroles de Dieu ou comme leur retranscription à plusieurs voix (masculines). Résultat, elles ont figé dans le marbre un moment de l’histoire de l’humanité. Toutes affirment une hiérarchie entre les hommes et les femmes et confinent la sexualité des femmes à sa fonction reproductrice au nom de la complémentarité biologique entre les sexes. D’où l’importance de faire en sorte que les lois échappent à l’influence des religions. Certes, on nous dira que plusieurs interprétations sont possibles, mais en attendant que tous les croyants se mettent d’accord et que les savants aient extrait des textes sacrés les mauvaises interprétations, mieux vaut s’en prémunir en les conservant à distance." - Anne Sugier
    .
    En fait j’observe, Anne Sugier " n’est pas que féministe " – et je m’en réjouis - CRAB

    RépondreSupprimer
  2. La société de demain doit être celle d’une réelle mixité entre des individus qui ne seront plus formatés selon les stéréotypes féminins/masculins ni enfermés dans des caricatures identitaires. Nos différences sont vraiment lilliputiennes au regard de ce qui nous rassemble, c’est pourquoi nos droits doivent être universels. Anne Sugier
    .
    Décidément certains d’entre-vous ne supportent pas les faits de société ou politiques, ne vous en déplaise, la laïcité c’est faire prédominer la loi commune sur les croyances religieuses à condition que les pouvoirs publics la respecte et la fasse respecter, ce n’est pas le cas
    La loi commune n’a pas pour objet de supporter le sexisme, l’athéophobie, l’homophobie, le sectarisme ou la xénophobie qui caractérise à des degrés divers chacune des religions du monothéisme - CRAB

    RépondreSupprimer

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.